Louise et Albin dans les années 70
Louise et Albin dans les années 70

LETTRE D’AMOUR AU PÉRIGORD

par Sophie Cattoire

Il y a des choses qui comptent dans une vie, qui vous construisent et vous protègent. Elles ont laissé en vous une empreinte et lorsque vous les rencontrez à nouveau, elles vous remplissent, vous réchauffent, retrouvent leur place le plus naturellement du monde. Nous avons lancé sur la grande toile du web le 21 juin 2006, jour de l’été, ce magazine que vous consultez à l’instant même : www.albuga.info en français, en anglais et aussi en occitan. C’est en occitan, en patois que j’ai vu vivre les plus belles personnes qui soient : Louise et Albin, paysans qui vivaient de rien ou plutôt de tout ce qu’il y a d’essentiel. Un puits, un petit potager, de la luzerne pour les lapins, un cochon nourri aux châtaignes. Dans la forêt, les champignons et la cabane pour tailler le feuillard et tresser paniers. Quand Albin voyait un joli cèpe ou une oronge sur le bord du chemin, il les laissait pour que je les trouve. Je vivais comme une princesse sur le rocher qui couve l’abri de La Ferrassie, la célèbre « nécropole » néandertalienne où les préhistoriens du XXᵉ siècle retrouvèrent les squelettes vieux d'au moins 50 000 ans d'un homme, d'une femme et de 7 ou 8 enfants.

Sophie Cattoire, journaliste grand reporter
Sophie Cattoire, journaliste grand reporter

Moi, petite chèvre libre arrivée en Périgord à l’âge de raison, je passais mon temps à dévaler jusqu’à l’abri qui me fascinait déjà. Tout ce calme, cet élan de vie et cette curiosité, je les ai retrouvés trente ans plus tard, après avoir fait mon tour du monde pour être sûre. Je suis sûre, à présent, mon paradis est ici et ce sont des gens comme Yvonne, Jules et leur fils Éric qui m’ont permis de m’en assurer, il n’y a pas si longtemps. Je leur rends ici hommage et je leur dédie notre ligne éditoriale, basée sur l’envie de témoigner de choses belles et réconfortantes car il n’y a pas que des horreurs et des drames à raconter.

Éric Castang, heureux et maraîcher
Éric Castang, heureux et maraîcher

Cette famille de Mauzens Miremont a réinventé une façon naturelle de cultiver son jardin. Un maraîchage sage et éclairé à base d’insectes et de bons sens. Une approche véritablement porteuse d’avenir, et c’est pour ce genre de démarche que nous avons créé cette rubrique « Avenir », pour laisser quelque chose qui donne à nos enfants l’envie de continuer.

Sous les serres, la Lutte Biologique Intégrée 100 % naturelle à Mauzens Miremont en Périgord
Sous les serres, la Lutte Biologique Intégrée 100 % naturelle à Mauzens Miremont en Périgord

LE PARADIS, C’EST ICI, À MAUZENS-MIREMONT
PILE À LA CROISÉE DU 45ᵉ PARALLÈLE ET DU MÉRIDIEN 0

J’ai quitté le Périgord pendant 25 ans pour faire la journaliste dans les grandes villes, parfois même dans des langues étrangères : anglais, norvégien, russe ou mongol… et lorsque j’ai reposé mes branches en face de leurs racines, dans cette terre gorgée de truffes et truffée de grottes, le Périgord Noir de mon enfance, j’ai quand même un peu tâtonné pour viser juste et retrouver la douceur de vivre paysanne qui fut mon terreau, mon engrais naturel.

Le radieux sourire d'Yvonne Castang sur le marché du Bugue
Le radieux sourire d'Yvonne Castang sur le marché du Bugue

Mes grands parents de cœur, Louise et Albin, mes voisins providentiels, n’étaient plus de ce monde. Je le savais depuis longtemps mais c’est alors qu’ils m’ont le plus manqué. Alors j’ai fureté. J’avais perçu un indice au Bugue, sur le marché. Le radieux sourire d’Yvonne au milieu de ses bouquets lumineux. Des fleurs champêtres, parfumées, des harmonies de couleurs raffinées, rien à voir avec les bouquets surgelés. Donc, il y avait encore un espoir. J’ai remonté la filière et je suis arrivée, après être passée sous un gros viaduc du chemin de fer en brique rouge, dans le nid où poussaient ces fleurs et où vivaient ces gens : la famille Castang de Mauzens-Miremont. Le père, la mère, le fils, son épouse et leurs deux enfants, sans oublier le chien Volcan, les chats, et en quasi permanence, des visiteurs. Je dis bien visiteurs et non pas « clients » car dans ce jardin où fleurs et légumes se partagent les serres et le plein air, on vient tout autant pour faire son marché que pour le plaisir de la promenade et du brin de causette, toujours possible et agréable, quelque soit le moment que l’on interrompt.

Yvonne et Éric Castang, actifs et accueillants
Yvonne et Éric Castang, actifs et accueillants

C’est d’autant plus frappant quand on passe une journée complète dans l’exploitation. Alors on s’aperçoit qu’entre deux sourires, conseils de jardinage ou information de première fraîcheur sur les dernières découvertes préhistoriques dans le secteur, Yvonne, Jules, et leur fils Éric travaillent d’arrache-pied, passant des heures en pleine chaleur pour cueillir tomates, concombres, haricots verts, aubergines, courgettes ou melons, dormant de toutes petites nuits en pleine saison, mais se relevant frais comme des gardons pour vous accueillir avec une douceur et bonne humeur.

Sous le château de Miremont, l'exploitation maraîchère
Sous le château de Miremont, l'exploitation maraîchère

DU CINQ MILLE POIREAUX À L’HEURE

Éric, le fils, né le 28 septembre 1961, la main verte et le sourire alerte, repique allègrement ses 5000 poireaux à l’heure. Le vrai record que nous avons homologué fut de 175 poireaux sur une même ligne en deux minutes, mais dans la mesure où il faut envisager une légère perte de temps au moment du changement de rangée, nous préférons tabler sur une moyenne de 166,66 et arriver au chiffre rond de 5000 poireaux à l’heure, sachant qu’il n’en a jamais autant à planter d’un seul coup. Chaque année Éric Castang repique 10000 poireaux et plante 90000 pieds de salades. Ceci juste pour vous donner une idée de la masse de travail qui s’opère sous les 2500 m² de serres et sur trois hectares de terres cultivées en plein air.

Éric Castang, l'un des pionniers de la Lutte Biologique Intégrée
Éric Castang, l'un des pionniers de la Lutte Biologique Intégrée

ICI BAS, LE MIRACLE A DES AILES ET BEAUCOUP DE PUCERONS À DÉVORER

Et c’est alors que sur moi la révélation s’abattit. Je crois qu’elle avait pris la forme d’un vol de bourdons, discret en soi mais incessant. Ils me chatouillaient imperceptiblement la rétine et les tympans alors que je filmais Éric cueillant ses 450 kilos de tomates du jour. Il y avait autour de nous une nuée d’insectes, des insectes bienveillants. Leurs petites ailes battaient, leurs petites pattes galopaient, tout le monde s’affairait follement. Les bourdons vibraient les pieds de tomates pour que le pollen mâle rencontre le pistil femelle tandis que les larves d’aphidolètes piquaient les pucerons et les suçaient goulûment.

Le plus naturellement du monde, sans tambours ni trompettes, et surtout sans plus aucun intrant chimique - insecticides, pesticides et autre poisons censés protéger les cultures - Éric Castang s’était lancé dans l’aventure ô combien porteuse d’avenir de la « lutte biologique intégrée ».

Autrement dit, il avait fait le choix de ne plus « sulfater » à tour de bras pour s’adonner avec une infinie délicatesse et au moment opportun à des lâchers d’insectes qui, bien choisis, savent être d’ardents défenseurs des légumes.

Les tomates tranquilles de la famille Castang
Les tomates tranquilles de la famille Castang

ICI ON PEUT MANGER DES TOMATES TRANQUILLES

Voila, j’avais compris. La force, la magie, le plaisir d’être ici étaient liés, et je l’avais ressenti de façon intuitive, archaïque même grâce à la vénus préhistorique qui sommeille en moi, à la qualité de l’air, de l’eau, de la terre et des tomates en résultant. Ici, comme le disait Jules fièrement, on pouvait « manger les tomates tranquilles ».

Là, rondes et fières sur leur pied, pleines de saveurs et de joie d’avoir si harmonieusement poussé.

Avec Éric nous avons creusé le sujet. Il m’a expliqué qu’il achetait ses boîtes d’insectes à des laboratoires spécialisés, après avoir fait le bon diagnostic des insectes ravageurs à éliminer.

Toutes ces choses belles et simples qu’il m’offrait là, sous mon objectif, m’ont donné le goût, d'une forme de journalisme indépendant et engagé, témoignant de cette forme d'humanité de nature à nous épater, nous réconforter. C'est avec lui à la Une et le récit de cette « Révolution culturale à Mauzens-Miremont » que nous avons démarré audacieusement l'aventure notre magazine d’information www.albuga.info qui nous a porté jusqu'ici avec simplicité et rigueur.

Les branches, les racines, les aphidolètes et les bourdons, tout est en place, à votre attention.

Jules Castang et son chien Volcan
Jules Castang et son chien Volcan

LES NEIGES DE L’ATLAS

Jules est un homme très discret. Quand il fait trop chaud, il s’installe sur sa balançoire, à l’ombre du vieux tilleul, et se met à botteler les oignons nouveaux ou les blettes, à la fraîche. Il m’a confié son amour pour sa terre, la patience et le temps qu’il faut pour la rendre nourricière. Plantés en février, puis repiqués en juin, les poireaux seront récoltés de septembre à mars prochain. « Ça prend son temps, hein ? C'est comme pour la fève, celles que j'ai ramassées fin juin, elles avaient été semées au mois de décembre. »

Là, sur sa balançoire ombragée, Jules m’a raconté des morceaux de sa vie et c’était bien.

Jules Castang est né dans cette maison et ne l'a jamais quittée
Jules Castang est né dans cette maison et ne l'a jamais quittée

IL SE FAIT APPELER « JULES »

Personne ne l’a jamais appelé Étienne, son prénom de baptême, sauf l’administration.

« Mon oncle qui avait perdu son fils à la guerre de 14, a voulu qu’on m’appelle Jules, comme lui, en souvenir. Je suis né dans cette maison en 1934. Dès après l’école, depuis l’âge de 13 ans, je suis là, à tourner et retourner la terre. Ça fait un bail. Je crois que la seule interruption, ça a été le service militaire : treize mois en Allemagne puis le départ pour l’Algérie, puis un autre régiment au Maroc où j’ai vu les neiges de l’Atlas. En tout, vingt-huit mois dans l’armée, pour rien, bien sûr. »
Bien des années plus tard, Jules emmènera sa femme Yvonne voir ces fameuses neiges de l’Atlas, en voyage organisé. Pour se souvenir des belles choses et oublier les errements des armées et de leurs dirigeants.

Jules Castang en train de botteler au frais sous le tilleul
Jules Castang en train de botteler au frais sous le tilleul

LE FRAIS, ÇA LES ATTIRE

La maison a été bâtie dans ce vallon arrosé par le Brungidou, en 1933. Jules y est né le 11 août 1934. La grange est arrivée en 1936. Jules travaille sa terre depuis plus de soixante dix ans.

« On n’a jamais fini, ça n’arrête jamais, y a pas assez de jours! »

Il ne se plaint pas, il sourit et continue de botteler calmement. Il aime son métier qui lui permet d’observer le cycle de la nature et le défilé des clients.

« Y a du monde, on a l’occasion de parler, c’est agréable. De plus en plus les gens reviennent à la campagne, chez le producteur. Le frais, ça les attire. »

Yvonne Castang au temps de ses fiançailles avec Jules Castang
Yvonne Castang au temps de ses fiançailles avec Jules Castang

YVONNE AU PAYS DES FLEURS

Yvonne, entre temps, a donné aux poules, aux lapins et aux cochons les cageots de légumes légèrement fanés : que du bio !

Yvonne a le cœur léger car depuis quelques années elle cultive enfin son jardin extraordinaire, empli de fleurs en plein air et sous la serre, et ce grand réconfort lui permet d’accepter ce qui l’a souvent peiné dans sa jeunesse :

« Je ne reviendrai jeune pour rien au monde. Je suis née onzième de treize enfants, le 14 décembre 1940, au château de Malbec à Fleurac où mes parents étaient employés comme domestiques. À cette époque les paysans étaient méprisés, et c’était pour moi une honte d’avoir des mains de paysanne. Mon bonheur a été de rencontrer Jules mon mari. Lorsque nous étions fiancés, il lui est arrivé le dimanche de traverser toute la campagne de Mauzens à Rouffignac en bottes dans la neige pour me retrouver.
Ma fierté ce sont mes quatre enfants Éric, Denis, Gisèle et Laurent qui ont tous fait des études. J’y tenais énormément. Ma revanche c’est Éric qui a su trouver, avec la protection biologique à base d’insectes, la solution naturelle que j’avais toujours pressentie. Grâce à cette méthode, notre travail de paysans maraîchers a retrouvé toute sa dignité, mieux, c’est devenu un métier d’avenir. »

La grande passion d'Yvonne Castang : la confection de gracieux bouquets de fleurs
La grande passion d'Yvonne Castang : la confection de gracieux bouquets de fleurs

PAPILLON LE JOUR, LUCIOLE LA NUIT

« Autrefois il fallait travailler dur toute l’année : les légumes mais aussi les volailles, les lapins, les oies, les canards, le gavage. On n’avait pas le temps de s’amuser à faire de l’ornementation. J’ai pris ma préretraite et maintenant, je me lance dans ce que j’aime vraiment : les fleurs ! Toute l’année, je déplace mes pots dans la serre qui est chauffée… il y en a partout ! Les fleurs, c’est un éternel renouvellement. À Chaque saison, sa fleur. On ne s’en lasse jamais. Je trouve que c’est tellement passionnant. C’est Charlotte Castang, ma cousine, qui m’a tout appris sur les fleurs anciennes qu’elle connaissait fort bien. Je dois avoir à ce jour au moins 1000 variétés différentes dans le jardin. J’adore plus que tout confectionner mes bouquets. Je cueille des brassées de fleurs le matin à la fraîche et j’en remplis l’ancienne salle d’abattage des volailles. Le soir je m’installe et je compose avec ma palette de couleurs. J’y passe mes nuits, je ne compte pas mon travail. »

Les bouquets d'Yvonne sur le marché du Bugue le samedi matin
Les bouquets d'Yvonne sur le marché du Bugue le samedi matin

Ainsi lorsque Yvonne Castang se présente avec ses délicats bouquets sur le marché les mardis et samedis matin au Bugue, elle vient de passer une nuit blanche mais pleine de couleurs et de senteurs qui l’enchantent et lui font oublier le manque de sommeil. Papillon le jour et luciole la nuit, Yvonne vit au rythme de la lune et du soleil, au bord du Brungidou à Mauzens-Miremont, pile à la croisée du 45e parallèle et du méridien 0.

Et au fond coule le Bringidou à Mauzens-Miremont en Périgord
Et au fond coule le Bringidou à Mauzens-Miremont en Périgord

LA PLUS BELLE CHOSE QUE VOUS AYEZ VUE

Un jour ou nous prenions le frais au bord du Brungidou, ventilés par des libellules bleues, j’ai demandé à Éric, Yvonne et Jules ce qu’ils avaient vu de plus beau dans leur vie.

Yvonne m’a dit : « Une fois en forêt, j’ai vu naître un champignon, comme ça plop ! En une fraction de seconde, un cèpe était né. »

Éric m’a dit : « Moi, j’ai vu téter des bébés hérissons, pelotonnés contre le ventre de leur mère bien douillet. »

Et Jules m’a dit : « C’est beau aussi une bogue de châtaigne qui tombe et qui s’ouvre, en automne. »

Toutes ces belles images ne se laissent pas facilement filmer. Alors je vous laisse les imaginer, tranquillement, le soir au coucher. Et puis si vous en voulez d’autres il vous suffit d’aller à Mauzens-Miremont, sous le viaduc de chemin de fer, et de papoter un instant avec Yvonne, Éric ou Jules Castang. Ils sont intarissables. Et si ce texte ressemble à une lettre d’amour, c’est bien fait. Pourquoi ne filmer que les désordres et les misères du monde quand il y a un Brungidou qui coule juste à coté.

Sophie Cattoire

Délicatesse et harmonie sont présents à chaque instant sous le viaduc de chemin de fer de Mauzens-Miremont
Délicatesse et harmonie sont présents à chaque instant sous le viaduc de chemin de fer de Mauzens-Miremont
Annonces